MOUVEMENT DEMOCRATIQUE SOCIALE ET LAIQUE (MDSL)
  cahiers algeriens:21 juillet 2009
 

NOUVEAU SITE DU PLD


http://alpolitique.canalblog.com/
http://pldexmdsl.fr.gd/

21 juillet 2009

Assassinat de Boussenane Rabah, le MDSL réagit

 

Suite à l'assassinat odieux de Boussenane rabah par les hordes criminelles, le MDSL, très à l'écoute de toutes les douleurs qui affectent les Algériens, tous corps confondus, a très vite réagi pour ne pas laisser le sentiment du laisser pour compte prendre le pas sur le reflexe de survie et de résistance. Le MDSL, par ses positions tranchées et à temps, laisse l'impulsion de l'espoir couvrir le fatalisme assourdissant rendu de plus en plus possible par le silence incompréhensible de certaines forces naguère à la pointe de la lutte anti - islamiste. Pour les lecteurs de Cahiers Algériens, voici le communiqué envoyé à notre rédaction par le MDSL :

MOUVEMENT DEMOCRATIQUE SOCIAL et LAIQUE (M-D-S-L)

Adresse, 8 rue des Frères Adders, Alger centre,

Téléphone, 0794-69-19-66

Mail, mdshachemi@yahoo.fr 

Site du MDSL, http://mdls.fr.gd/ 

Pendant que le patriote Mohamed Gharbi est condamné à mort par la « justice algérienne », l’islamisme continue à assassiner d’autres patriotes comme ce fut le cas à Kerkara (Skikda), le 19 juillet 2009. Le patriote lâchement assassiné feu, Boussenane Rabah, représentait la résistance contre la horde terroriste dans sa Wilaya depuis 1993. Le Mouvement Démocratique Social et Laïque, s’incline devant la mémoire du patriote Boussenane Rabah et présente à sa famille et à l’ensemble des patriotes algériens ses sincères condoléances. Alger le 21 juillet 2009, P/ le comité national de préparation des assises du MDSL

 

Posté par mtertag à 18:46 - Ecrits de presse - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2009

Oui pour la réconciliation nationale des démocrates
Avec la réélection de Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Etat, le pouvoir politique qui a pris en otage toute l’Algérie s’est pratiquement assuré de fêter avec faste un demi siècle de règne absolu.
Le bas de laine, estimé à plus de 140 milliard de Dollars et généré par les seules recettes pétrolières, assurera la corruption de beaucoup de régimes dits démocratiques, jadis très regardant sur la situation algérienne.
Premiers signes de ce blanc seing accordé au régime d’Alger pour qu’il mutile à huis clos les aspirations des jeunes Algériens : l’empressement de l’Elysée à féliciter Bouteflika pour sa réélection et son invitation à visiter Paris, mais aussi le silence de la nouvelle administration américaine, très préoccupée par la sauvegarde des intérêts des USA que par la promotion de systèmes politiques susceptibles de générer des Etats émergeants capables de les concurrencer sur les marchés mondiaux.
Pour s’assurer un demi siècle de règne sans partage, le pouvoir algérien ne s’est pas uniquement contenté de gaver les empêcheurs de tourner en rond étrangers.  En parfait stratèges, les hommes forts du régime ont pu diagnostiquer et relever les faiblesses de l’opposition. Ils ont su que l’esprit d’émancipation  qui a porté tous les mouvements et soulèvements politiques et démocratiques enregistrés en Kabylie est porteur de germes destructeurs de leur existence même. Alors, ils se sont attelés à faire de l’anti Kabylisme une redoutable machine à broyer toute volonté de fédérer une action d’envergure nationale, capable de se transformer en révolution porteuse d’espoir.
La campagne anti kabyle, dirigée par le sérail et  relayée par les islamistes, présente les Kabyles comme Anti musulmans, anti arabes, et relais de la France. Les supputations du ministre des affaires religieuses sur une prétendue campagne d’évangélisation de la Kabylie et son empressement à éditer le Coran en version Kabyle, Le choix porté par Bouteflika de s’adresser en français aux kabyles à chacune de ses sorties en Kabylie et  l’insistance sur le thème de l’unité nationale à chaque fois que les responsables politiques abordent les questions liées à la Kabylie participent, entre autre, à l’opération nationale de conditionnement et du renforcement de l’esprit anti Kabyle.
Aujourd’hui, le climat de suspicion, créé par cette campagne de dénigrement et à forts relents régionalistes, empêche toute structuration politique des partis démocratiques dont les chefs sont de cette région. Les maigres voix que récoltent les deux partis Kabyles que sont le FFS et le RCD en dehors de leur fief sont le fruit de la mobilisation de la diaspora kabyle fortement implantée dans les grandes villes de l’Ouest et de l’Est car la prétention d’avoir une assise populaire effective, en dehors de la Kabylie et d’Alger, est synonyme d’une auto – satisfaction suicidaire.
Ceci dit, la situation politique n’est pas irréversible pour peu que les deux partis politiques, aujourd’hui à forte assise Kabyle, s’attèlent à accorder leur violons, enterrer leurs haches de guerre fratricide et cessent de se regarder en chiens de faïence.
De par les sacrifices faits par les responsables politiques et les militants du FFS et du RCD pour l’émergence de la démocratie, de la liberté d’expression et du pluralisme, Said Sadi et Hocine Ait Ahmed doivent renforcer la coopération politique pour mener une campagne intensive d’explication de leur programme dans les régions arabophones et contrecarrer la campagne de dénigrement dont ils sont victimes. Hocine Ait Ahmed qui a pu rencontrer son ex ennemi Ahmed Ben Bella, à Londres et Rome, et Sadi Said qui a pu mettre ses ministres à coté de ceux des islamistes du Hamas et en face de Bouteflika sauront et doivent savoir trouver les ressors nécessaires pour une rencontre historique entre frères.
La mésentente endémique entre le FFS et le RCD et l’absence d’autres partis, au capital militant aussi riche, participent amplement à la démobilisation nationale face aux visées dictatoriales du régime.
Que le FFS mette des préalables politiques, tels que le retrait des députés RCD de l'assemblée nationale, pour une telle rencontre est compréhensibe et valable, mais on doit le faire sans enfourcher les chevaux de l'invective. Car nul n'est saint et nul ne peut fuir ses responsabilités face cette faillite générale. Le RCD et le FFS sont tous deux responsables de l'etat actuel de l'opposition au système. La restructuration de l'opposition passe d'abord par le retour sur terre et un enfouissement des Ego et par une réunion de réconciliation  qui regroupera tous ce que le giron démocratique comme force. Le RCD et le FFS mais aussi le MDSL, le PT, le PST,  le MAK, le MDC de Said Khellil, les militants des droits de l'homme, les organisations comme le RAJ et les anciens militants exclus des partis pré- cités  et toutes les personnalités nationales qui expriment leur attachement à la liberté et à l'ordre républicain.
La démocratie en Algérie a besoin de la fédération de tous ses fils et pas d'un gourou, d'un zaim ou d'un cardinal.
Posté par mtertag à 11:17 - Ecrits de l'auteur - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
 




Chut, on censure et on ettoufe à Alger

 

100_0385

      nouveau10.gif  Boussad Ouadi, gérant de la librairie des Beaux Arts, et des éditions INAS qui se sont distinguées, entre autres, par la publication en 2007, par la publication du Livre " Les géoles d'Alger" de Mohamed Benchicou, a été mis en demeure de fermer la librairie et de quitter les lieux au profit du propriétaire des murs. Cette mesure d'apparence légale cache mal la volonté du pouvoir politique d'en finir avec un homme qui a pris sur le lui l'engagement de prévilégier l'ecrit engagé et de se soustraire à la pression forte des gaudasses et à l'étranglement de plus en plus étouffant des turbans. cette mesure restrictive sans possiblité d'échange est venue après une série de tentatives liberticides allant de l'interdiction d'importer des livres, jugés en hauts lieux, comme subversifs et ce, par le truchement d'une loi scélérate imposant au modeste éditeur et libraire d'augmenter son capital social à 2 milliards de centimes, et de fournir pour chaque livre importé une liasse de documents allant des certificats phytosanitaires, des certificats d'origine et de conformité aux traditionnels visas du ministère de la culture, des services de police et du ministère des affaires religieuses ( sic ). Outré par cet énième coup de boutoire à l'encontre de l'un des derniers bastions de liberté encore debout en Algérie, des lecteurs et de militants des droits de l'homme ont tenu à réagir sur le net pour exprimer leur solidarité et leur indignation. Le MDSL nous a envoyé un communiqué de presse exprimant sa rage de voir des espaces de liberté se retrécir de plus en plus comme une peau de chagrin et profite de cet incident majeur pour rappeler la nécessité de liguer les efforts pour faire face aux avancées autoritaires du régime. Dont voici l'integralité du texte : La mascarade du 9 avril à peine terminée, le pouvoir inaugure son nouveau règne en sacrifiant la culture et en orchestrant une cabale contre un libraire-éditeur, Boussad Ouadi, le poussant à mettre la clé sous le paillasson et à fermer sa librairie. Il est vrai que cet éditeur est un homme épris de liberté et qu?il n?a jamais manqué de le manifester que ce soit dans ses interventions écrites ou dans son engagement professionnel. Le pouvoir n?a pas oublié la solidarité qu?il a manifestée à l?égard de Mohamed Benchicou et le lui fait savoir malgré les dernières promesses faites par le Premier magistrat du pays d?œuvrer pour une plus grande liberté d?expression. Le règne du 3ème mandat de Bouteflika, commence sous de mauvais augures, puisqu?il s?attaque à un lieu hautement symbolique que les islamistes ont déjà ciblé en assassinant en 1994, l?ancien gérant, notre ami Vincent. Le pouvoir algérien vient encore une fois de démontrer qu?il est un régime dictatorial comme stipulé dans le rapport élaboré par « The Economist Intelligence Unit » sur l?indexe de la démocratie qui place l?Algérie à la 133ème place sur un total de 167 pays La seule possibilité pour stopper cette dérive totalitaire est que les forces démocratiques organisées ou non, se décident à se retrouver pour réfléchir ensemble, à une alternative démocratique, pour mettre fin au système rentier et à son allié l?islamisme politique, afin d? édifier une Algérie républicaine démocratique moderne et social. Le MDSL renouvelle son entière solidarité avec l?éditeur Boussad Ouadi et gérant de la librairie des beaux arts.

Alger le 13 mai 2009,

P/ le comité national de préparation des assises du MDSL (http://mdls.fr.gd/

nouveau10.gif   A la veille de la journée mondiale du travail, et en pleine situation de déprime économique et sociale, agravée par une volonté politique des décideurs d'étouffer toute voix revendicative et une vélliété acrue et tenace de casser tous les ressors de productivité nationale,  le comité national de préparation des assises du MDSL vient de nous faire parvenir un communiqué de presse dans lequel il appelle les travailleurs à se libérer du diktat de l'UGTA, imposé avec le soutien et la main forte du pouvoir en place, et à adhèrer au détachement syndical qu'ils estiment représentatif de leurs attentes.

Pour les lecteurs de "Cahiers Algériens", nous mettons à la disposition le texte integral du MDSL :

Le MDSL renouvelle son appel à la rencontre de tous les démocrates

 

Ayant reçu hier un email, sous forme de commentaire,  de la direction du Mouvement Démocratique Social et Laïc nous faisant part d'un communiqué rendu public en date du 18 Avril passé, et après lecture, nous avons jugé utile de le reproduire même tardivement car il est d'actualité et il me sent conforme à la ligne éditoriale des Cahiers Algériens . Nous espérons que, dorénavant, la direction du MDSL nous communique en temps réel leur comptes rendus d'activités pour que nous puissions les diffuser à temps. Les voix démocratiques ont besoins en ces temps de restriction des libertés de tous les voies de communications.

 
  vous etes 80270 visiteurs (160955 hits) merci pour votre visite "POUR UNE ALGERIE REPUBLICAINE MODERNE ET SOCIALE".  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
"POUR UNE ALGERIE REPUBLICAINE MODERNE ET SOCIALE".