MOUVEMENT DEMOCRATIQUE SOCIALE ET LAIQUE (MDSL)
  Conférence Nationale de Sidi Fredj des 30 Avril et 1° Mai 1998
 

 

Conférence Nationale de Sidi Fredj des 30 Avril et 1° Mai 1998
 
Motion adoptée par les participants
 
 
Mouvement Démocratique et Social
 
Nous, Républicains et Démocrates, ayant des parcours individuels et collectifs divers, participants aux assises tenues le 30 Avril 1998 à Sidi Fredj (Alger) dans la perspective d’édification d’un Mouvement politique répondant aux besoins nouveaux qui s’expriment dans la société :
 
Considérant le déphasage entre la société d’un côté, l’Etat et la classe politique de l’autre,
 
Considérant que les solutions préconisées jusqu’à maintenant au plan politique, institutionnel, culturel et socio-économique, qui consacrent le compromis islamo-conservateur, tournent le dos aux exigences d’une rupture radicale avec l’islamisme et le système rentier bureaucratique et corrompu,
 
Considérant les progrès significatifs dans la conscience sociale, progrès qui appellent une refonte du paysage politique et exigent l’émergence d’un Mouvement démocratique fort, capable de rassembler toutes celles et tous ceux qui refusent de s’inscrire dans le processus, porteur de graves dangers pour le pays, initié par le pouvoir,
 
Déterminés à œuvrer pour que grandisse et triomphe l’alternative démocratique et républicaine,
 
Décidons de jeter les bases en vue de la fondation d’un cadre politique nouveau pour une Algérie moderne démocratique et solidaire, dans le but de :
 
          1 – La réalisation de la rupture radicale avec l’intégrisme et le système bureaucratique,
          2 – La révision de la Constitution, consacrant la séparation du politique et du religieux et, par voie de conséquence, la disqualification des partis islamistes,
          3 – La consécration de l’algéniarité comme reconnaissance de notre identité et de la pluralité de notre patrimoine linguistique et culturel ouvert sur l’universalité,
         4 – La promotion de la citoyenneté pleine et entière pour toutes et pour tous par, notamment, la promulgation des lois civiles égalitaires et non discriminatoires à l’égard de la femme,
         5 – La consécration de l’Etat de droit, des libertés démocratiques, de la liberté de conscience et des droits de l’Homme,
        6 – La mise en œuvre des réformes économiques incontournables induites à la fois par les besoins de progrès de la société algérienne et le mouvement inexorable de mondialisation. Réformes qui doivent répondre aux impératifs de justice sociale liés au progrès économique,
 
A cet effet, ce cadre politique nouveau, uni autour d’une ligne politique telle que précédemment définie, consacre le droit à l’expression et à l’organisation en son sein de courants d’idées.
 
Nous, participants, sommes convenu de :
 
1-     1-     La mise en place d’une Commission nationale préparatoire du congrès constitutif. Cette Commission issue de la Conférence reste ouverte à toutes les compétences qui se reconnaissent dans la ligne générale du cadre politique en formation,
2-     2-     La Commission nationale, conformément aux orientations de la Conférence nationale, dégagera un secrétariat provisoire chargé d’animer et de coordonner le processus de formation du Mouvement et, notamment, l’organisation d’ateliers de réflexion et de débats autour des questions fondamentales politico-idéologiques, socio-économiques, identitaires, éducatives et culturelles,
3-     3-     La désignation de Hachemi Chérif comme coordonateur des travaux de la Commission et du Mouvement en formation,
4-     4-     En attendant que le congrès statue définitivement sur le sigle, le Mouvement s’appellera «M.D.S. » 
Mouvement Démocratique et Social.
 
                        Alger, Sidi Fredj, le 01 Mai 1998
 
 
  vous etes 80270 visiteurs (161004 hits) merci pour votre visite "POUR UNE ALGERIE REPUBLICAINE MODERNE ET SOCIALE".  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
"POUR UNE ALGERIE REPUBLICAINE MODERNE ET SOCIALE".